Communiqué de Chambéry Cap à Gauche suite à l'approbation de la convention signée par la municipalité avec l'association "ma chance, moi aussi"

Publié le par Chambéry CAP A GAUCHE

Communiqué de Chambéry Cap à Gauche suite à l'approbation de la convention signée par la municipalité avec l'association "ma chance, moi aussi"

Depuis quelques semaines, la municipalité de Chambéry et Chambéry Métropole font la promotion de cette association nouvellement créée et installée dans le quartier des Hauts de Chambéry dans des locaux municipaux.

S’il est vrai que nous pouvons nous réjouir de l’arrivée dans le quartier d'une nouvelle association intervenant dans le domaine de la réussite scolaire, il n’en est pas moins légitime d'avoir un regard attentif sur ses objectifs et de poser la question du soutien particulier dont elle bénéficie de la part de la collectivité publique eu égard aux besoins manifestes des associations implantées depuis très longtemps dans le quartier et dont l'engagement auprès des habitants appelle la même attention !

Vouloir apporter du soutien scolaire et parental n’est pas contestable et doit même être encouragé mais n’est-ce pas d’abord des missions de service public et d’intérêt général ?

Pourquoi financer largement une nouvelle association et amputer, dans un même temps, les subventions aux associations œuvrant avec les familles dans le même domaine (jusqu’à 25% de baisse en 2015) ?

Que penser du choix de la ville de mettre à la disposition de cette nouvelle association des locaux de l'ancienne école de la Croix Rouge ?

Pourquoi accompagner avec autant de sollicitude une association qui vise l'élitisme et une chance pour quelques-uns alors que l'urgence est à agir résolument pour redonner tout son sens au "tous capables " ?

Pourquoi soutenir le projet de cette association dans le cadre de la politique de la ville alors que son rayonnement se limite aux seuls enfants qu’elle sélectionne elle-même, et sur des critères par ailleurs sujets à caution ?

Chambéry Cap à Gauche est en désaccord total avec le soutien apporté sans conteste par Chambéry Métropole et la ville, soutien qui remet en cause le principe de l’égalité et de la solidarité et fait payer aux familles le désengagement de la collectivité pour l'éducation et la jeunesse (fin de la gratuité des études et du périscolaire,...)

A « ma chance moi aussi », nous préférons « notre chance à nous tous »

Commenter cet article