Pour le maintien et le développement des bureaux de poste du bassin chambérien

Publié le par Chambéry CAP A GAUCHE

Intervention de Guy Fajeau Chambéry Cap à Gauche au conseil municipal du 26/01/2014

Le gouvernement, l'Association des Maires de France (AMF) et le Groupe La Poste viennent de signer le nouveau contrat de présence postale 2017/2020 qui contient un certain nombre de dispositions à respecter dont, notamment, la réalisation d'une étude d'impact des évolutions projetées.

Dans le même temps, la direction départementale de la poste a décidé, en complet accord avec la municipalité de Chambéry, de fermer les bureaux de poste du Biollay, des Combes et de Curial au 1er avril 2017.

Nous affirmons qu'aucune étude sérieuse n'a accompagné cette prise de décision.

Concernant le bureau de poste des Combes, votre délibération - actant la fermeture du bureau et sa transformation en relais postal urbain sans autre précision – nous est présentée ce soir.

Cette délibération révèle une méconnaissance totale du dossier : elle est en effet titrée "gestion de l'agence postale des Combes via un relais commerçant".

Or il ne s'agit nullement d'une agence postale mais d'un bureau de poste, catégories juridiques totalement différentes. Et il n'est donc nullement question d'une simple modification de mode de gestion !

Cette délibération fait référence à des "clients" en lieu et place d'usagers, glissement sémantique gommant le fait que la poste se doit d'assurer des missions de service public imposées par la loi.

Elle fait aussi mention de la baisse de fréquentation comme s'il s'agissait d'un fait brut sans lien aucun avec le recul de l'offre de service postal aux Combes, organisé par la Poste depuis plusieurs années : réduction des horaires d'ouverture à la demi-journée, fermeture intempestive du bureau, parfois sans information du public, pour des durées limitées ou illimitées pour répondre à des besoins de guichetier dans un bureau de poste présumé plus important.

Cette décision est inacceptable à plus d'un titre :

  • elle va à l'encontre des objectifs de la politique de la ville - de solidarité nationale et locale envers les quartiers défavorisés et leurs habitants - dont fait partie le quartier des Combes, retenu dans le cadre du PNRU 2,
  • elle va conduire à accentuer la désertification de la place Demangeat qui a déjà perdu beaucoup d'activités,
  • elle participe à la rupture d'égalité du citoyen face aux services publics, "les plus pauvres "n'ayant plus droit aux mêmes services publics,

La politique de la ville vise à améliorer les conditions de vie des habitants des quartiers présentant un écart de développement économique et social important avec le reste de l'agglomération dans lesquels ils sont situés.

Pensez-vous, monsieur le maire, que votre décision - oui, votre décision car sans votre accord, la fermeture du bureau de poste d'un secteur en géographie prioritaire n'est pas possible - va contribuer à l'amélioration des conditions de vie des habitants des Combes ?

Y aurait-il dans notre agglomération et à Chambéry une catégorie de citoyens que l'on pourrait délaisser toujours un peu plus ?

Lors du dernier conseil municipal, je vous avais demandé si vous aviez un problème avec ce quartier populaire.

La question est plus que jamais d'actualité. Car l'annonce de cette nouvelle fermeture fait suite à la fermeture de l'école maternelle Pablo Neruda située en REP+, de la déchetterie, de locaux associatifs, du commissariat de police de la rue du Mâconnais, de locaux et de la galerie d'expo de Chambéry Animation, de nombreux locaux place du Forum, de l'antenne de la Sécu...et demain de ceux de Pôle Emploi.

Demain, vous proposez comme alternative au service public postal, un relais postal urbain vantant les horaires d'ouverture jusqu'à 22 h et le dimanche.

Outre que la réduction des missions de service public à de vulgaires rapports commerciaux est édifiante, vos arguments ne sont pas sérieux.

  • Quel est l'intérêt d'aller chercher un colis (ou des timbres) à 22 H ?
  • Que deviendrait le service tant glorifié par votre municipalité si le commerce fermait, ce qui est du domaine du possible ?
  • Qu'avez-vous fait pour contrer les orientations de la poste dont le souhait de fermeture n'est pas nouveau ? On ne vous a pas trop entendu dénoncer le traitement réservé aux usagers du quartier qui bien souvent trouvaient portes closes du fait du non respect de la poste de ses obligations.

Auriez-vous accepté d'accompagner la fermeture des bureaux de l'hôtel de ville ou du faubourg Montmélian ?

Oui il y a bien pour vous 2 catégories de citoyens.

Un avenir qui tourne résolument le dos à la désertification progressive existe, qui nécessite une volonté farouche de suivre d'autres pistes de réflexion. Tel est notre engagement.

Pour revitaliser le secteur du Nord des Combes, il faut réoccuper cet espace public en y maintenant les services existants, en les développant et en les renforçant.

Alors que plusieurs services ont quitté le territoire de Chambéry le Haut, nous proposons à la place de la fermeture de ce bureau de poste, la création d'une maison de services au public, comme le prévoit le nouveau contrat de plan de présence postale, qui pourrait regrouper dans un premier temps la poste, la sécurité sociale, la CAF, les finances publiques, EDF, ...

Voilà la solution de développement de services indispensables aux habitants du Nord des Combes.

Il s'agit d'une approche de la réponse aux besoins de la population radicalement différente de la vôtre qui ne jure que par le privé avec toutes les conséquences prévisibles d'une nouvelle désertification en contradiction avec la nécessaire redynamisation de ce secteur de notre ville et la nécessaire solidarité avec un quartier et ses habitants qui connaissent toutes les difficultés.

Nous vous avons adressé un courriel le 24 janvier vous demandant d’engager une étude de faisabilité d’une maison de services publics.

Compte tenu de l’examen de la délibération nous en concluons que c’est un rejet pur et simple.

Nous réitérons donc notre demande d’étude. »

Commenter cet article