Et maintenant la piscine du stade

Publié le par Chambéry CAP A GAUCHE

Et maintenant la piscine du stade

Après le passage en force sur le nouveau schéma de déplacements...

Nous publions avec son accord le courriel envoyé au maire de Chambéry d'une usagère de la piscine du stade.

Rien ne va plus dans notre ville et notre agglomération.

De: "chantal Jarre" <jarre.chantal@club-internet.fr>
À: "m dantin" <m.dantin@mairie-chambery.fr>
Envoyé: Jeudi, Mai 26, 2016 05:06:56 PM
Objet: Piscine d'été

LE PROJET DE NOUVELLE PISCINE A CHAMBERY EN QUESTION

Une fidèle nageuse depuis des années parmi les autres fidèles

Le 20 Mai 2016

Avril, mai, les premiers beaux jours : Les chambériens amateurs de natation en plein air, et ils sont nombreux, commençaient à rêver à la piscine d'été́ de Chambéry. Cette piscine qui fut toujours considérée comme la plus belle de la région, dans les 4 bassins de laquelle tous les âges trouvaient plaisir à nager, depuis les plus petits qui apprenaient, jusqu'aux plus grands qui alignaient tranquillement des longueurs ; pendant ce temps quelques-uns sirotaient un apéritif, d'autres jouaient sur la pelouse, au volley ou bien au trampoline ; Tout cela avec la bénédiction du dieu tutélaire du Nivolet ; parfois les nuages sur l'Epine nous disaient qu'il faudrait aller se sécher.

Il y avait jusqu'en 2014 un projet d'agrandissement; un grand bassin de 50m, couvert, lui, serait construit à la place du parking, sur l'ancienne zone de l'Aluminium, avec rénovation de la piscine existante (cela faisait des années qu'elle n'était pas « aux normes » , c'est à dire que les belles bordures en pierre de taille n'étaient pas au ras de l'eau, plus facile pour venir sauver quelqu'un en cas d'accident - mais depuis 1947, il n'y eut jamais d'accident - ).

Ce projet semblait convenir à tous les usagers. Certes, il fallait rénover et entretenir...

Las, changement de municipalités, (municipalités, puisque la piscine depuis quelque temps n'était plus municipale, mais d'agglomération) donc forcément changement de projets.

L'on apprend par le bulletin municipal que la piscine actuelle sera démolie, une autre construite, couverte celle-ci . Exit les montagnes, le paysage et le soleil. Bref, on nous dit que tous les scolaires de l'agglomération doivent apprendre à nager, toute l'année... Pour cela on va démolir, à partir de l'été́ 2016 (bizarre tout de même de commencer en été́ quand le public fréquente assidûment la piscine), pour terminer les travaux fin... 2019 ?!?

Construit-on donc un ensemble de palaces ? Les enfants vont-ils apprendre à nager sur le gazon pendant 4 ans. Puisqu'on nous dit qu'on va aménager des espaces de jeux à Buisson Rond, pour... compenser. Présupposé́ des édiles responsables : une piscine sert probablement à venir d'abord jouer et pique-niquer !

Et l'on veut bien apprendre aux enfants à nager, mais ils devront attendre 4 ans (alors que c'eût été́ possible avec l'ancien projet). Trop cher de rénover ? A-t-on une idée du budget du nouveau et mirifique projet ?

On va avoir des réponses avec le Dauphiné Libéré́ (DL) du 23 avril 2016.

D'abord, l'on y apprend que des «professionnels» (de quoi, si ce n'est d'aménagement d'équipements luxueux) ont décidé́ qu’« à la piscine on ne doit pas seulement nager !!! »

Et là, on nous offre à la contemplation les lieux de détente aquatiques et autres aquamotion en passant par les centres aqualudiques des grandes stations de ski , Val d'Isère, les Arcs, Tignes, Courchevel etc. Outre le fait que les prix d'entrée n'y sont pas comparables avec les 2,20 euros de la piscine de Chambéry, on peut se demander si l'objectif d'apprendre à nager aux enfants n'est pas tombé dans l'eau chaude de la balnéothérapie à pas moins de 18 euros l'entrée. A moins que Chambéry se soit découvert un avenir de grande station, dont les habitants aient besoin de détente après l'effort ?

Avez-vous déjà̀ trempé dans ces bassins à 32, 33° ? En avez-vous apprécié́ l'écologie au milieu des stations hivernales ?

Et dans l'article du DL, à côté́ des ensembles balnéaires des stations, on donne une bonne place à «Chambéry Métropole qui se paie un plan piscine à 14 millions d'euros».

Hélas, même si l'on croit rêver, nous ne rêvons pas : trois bassins couverts (adieu la nature de la belle piscine de Chambéry), et bien sûr des hammams, spas etc.

Outre qu'il s'agit des deniers des citoyens, qu'ils n'ont pas été́ trop consultés, le moins que l'on puisse dire, on se prend à rêver sur les capacités financières des enfants qui viendront apprendre à nager... et du prix tout simplement que chaque adulte devra payer pour entrer dans cet ensemble somptuaire.

Et l'on apprend aussi que le nouveau bassin envisagé ensuite pourra être à la Motte... en 2025 et dans le meilleur des cas, sera un bassin de « glisse sur l'eau »... Sans doute pour former à une nouvelle discipline olympique !!! Comme si la glisse sur l'eau ne pouvait être pratiquée sur le lac du Bourget.

Si les enfants de Chambéry le Haut et du Biollay, et même du centre-ville, veulent apprendre à nager, et même à faire de la natation, ils pourraient toujours aller en vélo au Bourget .Verra-t-on aussi tous les enfants des centres aérés franchir en rangs serrés la piste cyclable pour aller apprendre à nager au Bourget du lac ?

Car il faut ici rappeler dans le fameux plan nouveau de circulation, la ligne 2 n'ira plus au Bourget !! Rappelons simplement que pendant des années il était question de piscine simple pour le quartier de Chambéry le Haut. Mais non, les enfants devraient faire quelques kilomètres pour jouir des « offres les plus modernes » savamment concoctées pendant de longues années, 4 ans...

On apprendra aussi par le DL du 25 Avril 2016 que l'agglomération donnera un coup de pouce financier à la commune de Cognin, qui malgré́ ses réticences pour des problèmes de sécurité́ et d'hygiène ouvrira son plan d'eau du Forézan, car enfin... il faudra quand même penser un peu aux enfants de l'agglomération, et aux familles !....

On s'apercevra dans ces quelques lignes que le projet est disproportionné, financièrement et aquatiquement; qu'il est assez aberrant de mettre 14 millions d'euros dans un équipement qui n'est pas celui dont les chambériens ont besoin.

Questions supplémentaires :

1/ En quoi serait-il impossible de commencer à Chambéry ces travaux d'avenir en septembre plutôt qu'en juillet ?... On pourrait nager ... encore un été  ! Est-ce vraiment impossible de sauvegarder notre piscine encore un été́, et de réfléchir, entre citoyens, à l'avenir ?

2/ Combien d'édiles de l'agglomération sont-ils déjà̀ venus nager à la piscine de Chambéry ?

3/ Est-il vraiment impératif de priver les chambériens de piscine pendant 4 ans ?

4/ A-t-on fait une quelconque enquête d'utilitéś pour connaitre l'avis des chambériens ? La réponse est assurément non : ne peut-on le faire maintenant ?

Cordialement et citoyennement

Commenter cet article