Retour sur le conseil municipal du 21 octobre 2015

Publié le par Chambéry CAP A GAUCHE

Retour sur le conseil municipal du 21 octobre 2015

Restauration des écoliers et des personnes âgées : à droite toute vers le privé !!!

 
Tout était rempli pour reprendre enfin en régie directe la restauration collective... mais la majorité municipale préfère le privé. 
Alors que les préconisations et conclusion de l'étude des modes de gestion (comparatif retour en régie / DSP) penchent davantage pour un retour en régie, ainsi que le montrent les extraits ci-dessous : 
Alors que les lourds investissements (cuisine centrale) sont totalement amortis, la municipalité livre l'outil de travail au privé. 
"La décision sur le passage en régie ne peut s'appuyer sur des gains financiers pour le seul périmètre de Chambéry. Aussi, seule une réelle volonté politique, basée sur une recherche d'une meilleure maîtrise du service et des approvisionnements, pourrait orienter, dans ce cas, le choix vers une reprise en régie.

Cette volonté politique doit être accompagnée, pour pouvoir aboutir, d'un important engagement des services qui vont être largement sollicités en amont et après le passage en Régie (Education, Marchés Publics, techniques, RH, DSI).

Par ailleurs, la bonne réussite d'un passage en régie, implique la mise en adéquation des ressources internes et/ou externes compte tenu de l'ampleur des tâches à mener.

Pour ce qui concerne le choix de rester en DSP, ce mode de gestion reste somme toute attractif, dans le sens où, il est relativement "confortable" au regard des faibles ressources à déployer, tant en phase de passation qu'en termes de contrôle. En revanche, il s'avère moins ouvert sur les perspectives de développement des filières locales et plus globalement sur la garantie des origines des approvisionnements.

En revanche, dès lors que l'on envisage d'optimiser et de mutualiser les moyens de production de la cuisine centrale avec d'autres collectivités, les gains financiers sont plus que substantiels et conforteraient d'autant plus, le choix éventuel d'un retour en régie.

Aussi, il nous semble opportun, à ce stade de la réflexion, que vous puissiez vous rapprocher de Chambéry Métropole, d'Aix-Les-Bains et/ou d'autres collectivités, afin d'envisager avec elles, les synergies potentielles, tant opérationnelles que financières.

Dans le cadre de la DSP, le délégataire pourrait également développer une activité extérieure et la Ville y trouverait un bénéfice financier au travers la perception de la redevance sur les repas extérieurs. En revanche, elle n'aura qu'une très faible maîtrise sur le développement et la qualité de cette activité extérieure :

* tant sur les volumes : tout va dépendre de la volonté ou de la capacité dudélégataire à développer les repas extérieurs

* que sur le choix des clients : le délégataire sera libre de choisir sa clientèle

* que sur les approvisionnements : le délégataire aura la liberté de choisir ses fournisseurs ou devra répondre aux exigences des cahiers des charges sur lesquels il répondra. Les exigences de la DSP en termes de qualité et d'origine des produits ne s'imposeront pas à lui pour les repas extérieurs.

Il faut, par ailleurs, garder à l'esprit, comme il a pu être constaté sur l'actuelle DSP, et sur de nombreuses DSP, que la maximisation des repas extérieurs peut générer des dérives et des dégradations de la qualité des repas de la DSP (abandon de tout ou partie des produits frais cuisinés sur place au profit produits issus de l'industrie agro-alimentaire par exemple)."

Las ! Aucune de ces préconisations n'a trouvé le mondre petit écho auprès de l'équipe municipale de michel Dantin dont le choix apparaît bien pour ce qu'il est réellement : un choix idéologique.

Verra-t'on demain cette équipe "vendre" l'outil de travail performant et efficace qu'est la cuisine centrale... au nom d'un soi-disant objectif de désendettement de la ville ?  

Tout semble possible avec cette municipalité qui laisse éclater au grand jour ce qu'elle est, foncièrement de droite.

C'est ainsi qu'au conseil municipal du 21 octobre 2015, elle a décidé d'une continuation de la gestion de la restauration collective en délégation de service public, c'est à dire par le privé, plutôt que de s'engager dans la voie d'une gestion directe en régie municipale ouverte par l'ancienne municipalité.

Pourtant toutes les conditions pour le faire étaient réunies : il ne restait plus qu'à délibérer dans ce sens.

Mais non, la majorité de droite préfère se priver de la totale maîtrise du service (tarifs, circuits courts, qualité), du bénéfice financier (celà coûte moins cher à collectivité) et de la possible mutualisation avec d'autres collectivités et offrir la cuisine centrale à un groupe de restauration collective.

Après les hausses vertigineuses d'impôts locaux et l'augmentation de tous les tarifs des services publics locaux, ce sont les usagers qui vont, une fois de plus, payer le prix fort de choix politiques peu soucieux de l'intérêt général.

Relire ci dessous, le programme 2014 de Chambéry Cap à Gauche concernant les services publics locaux

Retour sur le conseil municipal du 21 octobre 2015
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article