Acacias Fleuris : refus du maire d'organiser la concertation

Publié le par Chambéry CAP A GAUCHE

Acacias Fleuris : refus du maire d'organiser la concertation

En 2014, les locataires des Acacias Fleuris, rue du Mâconnais à Chambéry le Haut, ont demandé au Maire une remise en état des abords du bâtiment après la création du prolongement de la rue du Pré de l’Ane.

N’ayant aucune réponse précise à cette question, ils ont sollicité notre association.

Lors du Conseil municipal du 15/12/14, interpellé par Guy Fajeau, Conseiller municipal de « Chambéry cap à gauche », le Maire répondait que les travaux seraient effectués en février-mars 2015.

A la séance suivante du Conseil municipal du 28/01/15, le Maire proposait l'adoption d'une convention entre la Ville et Savoie déchets (qui gère l’usine d’incinération) visant à remettre en état l’espace vert par le déversement préalable de 5760 tonnes de mâchefers.

Ces mâchefers sont les déchets ultimes après incinération des ordures ménagères et peuvent contenir des métaux lourds ou autres produits très polluants.

Au lieu que Savoie déchets paye pour que ces mâchefers soient mis en décharge, ils sont mis à disposition de la Ville qui va toucher 43000€.

Certes la réglementation s’est durcie ces dernières années compte tenu des risques de pollution pour l’environnement.

Pour autant, les habitants, légitimement inquiets, se sont mobilisés par voie de pétition (signée très massivement et remise au maire par le collectif des habitants) demandant une réunion d’information dans les plus brefs délais avant tout démarrage des travaux.

Le Maire a refusé toute concertation avec les habitants concernés.

Moustapha Hamadi, Conseiller municipal référent du quartier a simplement fait une information dans les boites à lettres du bâtiment en indiquant les dates du chantier, mais en ne précisant pas la nature des matériaux qui vont combler le remblai.

Ce manque de dialogue et de démocratie n’est pas la démarche de Chambéry Cap A Gauche qui se fixe pour objectif de faire de la politique autrement en plaçant le citoyen - habitant- usager au coeur de l’action publique.

C'est pourquoi, le maire vous ayant refusé la parole, nous vous proposons de la reprendre collectivement et nous vous proposons une rencontre sur le chantier le :

SAMEDI 28 FÉVRIER A 10H30

Commenter cet article