Rentrée et rythmes scolaires : les boniments du maire

Publié le par Eric WILKOWSKY pour Chambéry CAP A GAUCHE

Rentrée et rythmes scolaires : les boniments du maire

--

Tout d’abord il est surprenant qu’en réponse à une question écrite de la minorité municipale au maire ce soit une réponse signée de la liste de la majorité municipale !

 

Liste majoritaire « Aimer Chambéry c’est agir pour vous »

Réponse à la question écrite

Conseil municipal du 29 septembre 2014

  • Réduction de la garderie d’1/4 d’heure le matin

La Municipalité, pour faciliter la vie des familles a décidé que les enfants pourraient être accueillis dans les écoles de 7 h 45 à 18 h, les lundis, mardis, jeudis et vendredis et de 7 h 45 à 12 h 30 le mercredi, ce qui offre un temps d’accueil de 48 h 35 totalement gratuite.

Ces garderies sont soumises aux mêmes conditions ques les années précédentes.

Pourquoi n’offrir l’accueil qu’à partir de 7 h 45 ?

Les raisons sont multiples : le temps de travail des personnels ne peut indéfiniment être alourdi ; les atsem travaillent 43 h par semaine et les agents 44 h. nous nous devons de les respecter.

Les enfants fréquentant la garderie à 7 h 30 sont peu nombreux, par contre, la fréquentation de la garderie jusqu’à 18 h est beaucoup plus importante, la municipalité a donc naturellement choisi de renforcer le personnel d’accueil à ce moment-là dans la recherche de l’intérêt général.

Nos commentaires:

 

Le quart d’heure supprimé de 7h30 à 7h45  pénalise les familles qui sont  les plus fragiles, particulièrement les familles monoparentales et surtout les femmes  en recherche d’emploi ou qui travaillent en horaires variables. Chambéry Cap à Gauche continue de réclamer un service de garderie du matin dès 7h30, même si cela nécessite de créer des postes supplémentaires d’agents ou d’ATSEM.

Tout  ce qui touche l’éducation doit être vu comme un investissement pour l’avenir, pas comme une dépense inutile !

  • Aménagement des horaires des écoles des Châtaigniers, Grenouillère et Bellevue

La mise en place des nouveaux rythmes scolaires a nécessité la mise à plat des horaires des écoles (différents et incohérents dans chaque école avant 2014). Plusieurs propositions d’horaires ont été soumises aux conseils d’écoles. Il a été constaté que dans leurs choix les écoles élémentaires n’avaient pas pris en compte les besoins des maternelles.

Les conseils d’écoles seront donc de nouveau interrogés afin de leur proposer des modifications horaires pour permettre aux familles d’avoir le temps d’accompagner la fratrie à l’école élémentaire soit 8 h 30 le matin et 15 h 45 le soir. Ces propositions seront ensuite soumises au DASEN.

Nos commentaires:

M.Dantin fait preuve ici de mauvaise foi en considérant les horaires des années passées incohérents, alors qu'ils n'ont pas posé de problèmes aux familles. Les incohérences sont apparues depuis avril 2014:

 La nouvelle Municipalité avait d’abord prévu les mêmes horaires pour les 37 écoles ; ensuite, un choix parmi trois scénarii a été soumis aux conseils d’écoles élémentaires (tandis que les écoles maternelles n’avaient aucun choix, malgré les demandes formulées par quelques unes...)

Quelques conseils d’écoles, élémentaire comme maternelle, avaient de leur côté travaillé sur d’autres propositions et les ont fait remonter aux élus en charge.  Il est par conséquent mensonger d’affirmer que c’est de la faute des écoles élémentaires si les écoles des Chataigniers, Grenouillère et Bellevue se sont trouvées avec des horaires incompatibles avec les élémentaires dont elles dépendent !

Enfin, s’il est vrai que c’est l’IA-DASEN qui doit valider les horaires des écoles, nous avons appris par les représentants des personnels enseignants en CDEN que ce dernier avait fortement insisté auprès de M. Dantin, au mois de juin, pour que le décalage de 15 minutes, (nécessaire pour le déplacement des familles entre ces écoles maternelles et les élémentaires où sont scolarisées les fratries), soit entériné dès la fin de la dernière année scolaire. C’est bien la Mairie qui avait alors refusé.

Nous considérons qu'il doit appartenir à chaque groupe scolaire d'ajuster les horaires qui conviennent aux parents et aux élèves et non pas de manière centralisée et autoritaire comme il a été fait cette année.

 

  • La mise en place d’activités périscolaires

Le coût du personnel chargé de l’accueil périscolaire à la ville de Chambéry a été évalué fin 2013 à 1 244 875 €.

La mise en place d’activités périscolaires dans le cadre de la réforme des rythmes entraînait un certain nombre d’obligations :

Les obligations :

  • Organisation de 3 heures d’activités périscolaires (APS)
  • Sur ces APS, normes d’encadrement dérogatoires soit 1/14 en maternelle et 1/18 en élémentaire
  • Qualification des encadrants conforme à la législation sur les accueils des jeunes (BAFA ou équivalents)
  • Animateurs des APS encadrés par une personne qualifiée (directeur d’ALSH) présent sur place pour 300 enfants maximum (1 par groupe scolaire)

Les financements :

  • Fonds d’amorçage la première année soit 50 € par an et par enfant participant aux APS
  • Allocation spécifique de la CAF soit 0,50 € par enfant participant aux APS sur la base de 3 heures par semaine

Si la ville avait mis en place ces mesures la charge supplémentaire (compte tenu des aides) pour la ville aurait été de :

  • 990 000 € au titre du personnel
  • 160 000 € au titre des fluides
  • 50 000 € au titre du matériel d’activités

Soit 1 200 000 € la première année et 1 437 500 € les années suivantes, le fond d’amorçage n’ayant pas vocxation à être pérénnisé.

Au regard de la situation financière de la Ville, le chopix a été d’accueillir les enfants en garderies gratuites dans les mêmes conditions que précédemment.

Le coût pour la ville a été 368 000 € dont 208 000 € au titre du personnel supplémentaire recruté. L’aide de l’Etat dans le cadre du fond d’amorçage sera de 237 500 €. Le surcoût pour la Ville sera de 131 000 € la première année.

L’aide de la CAF n’a pu être mobilisée en raison de critères des APS très restrictifs.

Pour autant, et en raison du retard pris dans l’organisation lors du précédent mandat, élus et services travaillent à lamise en place de solutions alternatives  en coopération avec les associations chambériennes pour réarticuler leurs activités en cohérence avec les nouveaux rythmes scolaires.

C’est notammenet par un travail engagé avec les maisons de l’enfance. Celles des hauts de Chambéry proposent un accueil en centre de loisirs dès 16 h, 2 soirs par semaine avec récupération des enfants à l’école. Les autres ont engagé une réflexion pour proposer une offre similaire sur les autres quartiers.

Nos commentaires:

La réforme des rythmes scolaires telle quelle a été décidée par le gouvernement est loin d'être parfaite. Nous avons par ailleurs dénoncé les incohérences des décrets d'application durant la dernière campagne électorale pour les Municipales. Mais cette loi est votée, donc elle est en vigueur et doit s'appliquer. Dans son esprit elle prévoit d’alléger la journée scolaire des enfants et leur proposer des activités « sportives, culturelles et artistiques » sur les temps nouvellement libérés.

Pour Chambéry Cap à Gauche, les enfants chambériens méritent mieux qu’une simple garderie, comme semble l'avoir décidé la nouvelle équipe Municipale.

Une réelle prise en charge, par la Commune, des activités péri-scolaires, garantira à l'enfant l'accès à un projet éducatif complet et égalitaire lui permettant :

  • de découvrir gratuitement des activités artistiques sportives et culturelle valorisantes qu'il pourra ensuite approfondir en s'inscrivant dans un club, la cité des arts, ou autres...,
  • de se construire en tant que citoyen.

La Ville a la capacité de mobiliser :

- l'ensemble des acteurs de la vie associative qu'elle subventionne et avec lesquels elle passe des contrats d'objectifs (maisons de l'enfance, associations sportives, culturelles,

- ainsi que des partenaires institutionnel tels que : police, justice, assistance...)

Les ateliers péri scolaires doivent permettre à chaque enfant de s'insérer dans un projet éducatif lui permettant d'acquérir les bases d'une vie publique sociale riche et variée.

Cette prise en charge de l'enfant doit devenir la priorité absolue dans notre commune et doit être totalement gratuite pour les familles. Cela étant acquis, libre à chacun de déterminer les activités utiles à chaque enfant, selon ses affinités et capacités, au delà du périmètre scolaire

Pour ce qui concerne les moyens nécessaires, tout est question de choix ! M. Dantin semble avoir fait le sien en investissant des centaines de milliers d'euros pour l'installation de caméras de surveillance, audit financier en pure perte, 50 postes supplémentaires d’agents de police municipale, ou encore de créer un nouveau poste à la Mairie dont personne n’a compris à quoi il allait servir. 

Commenter cet article