Débat à la Maison de l’Architecture Mardi 11 mars

Publié le par Eric WILKOWSKY pour Chambéry CAP A GAUCHE

Débat à la Maison de l’Architecture Mardi 11 mars

Jean-Marie et Guy mardi soir à la Maison de l'Architecture, lors du débat citoyen sur l'urbanisme et l'architecture.

Porteurs du travail et de la démarche collective de Cap à Gauche, ils sont montés à deux à la tribune, le maximum autorisé, pour répondre aux questions !

Les candidats ont eu à s'exprimer sur les thèmes suivants :

Densité

Sur cette question, Cap à gauche s'est d'abord interrogé sur l'étalement urbain qui continue, conséquence du coût du foncier exhorbitant pour de nombreuses familles. Il faudrait prendre des mesures à ce sujet.

La densité doit également se penser avec tout ce qui est nécessaire à l'accompagnement du bâti (services publics de proximité, et services au public).

Enfin, sur la question de la construction en hauteur et du nombre d'étages, certains promoteurs immobiliers poussent à la construction avec de nombreux étages pour des raisons financières, donc des intérêts qui vont à l'encontre de la prise en compte du bien public. Le nombre d'étages n'est pas forcément un problème si on accompagne le "vivre-ensemble".

Mixité des usages

Ce thème a été l'occasion d'évoquer les commerces de proximité, qui fleurissent notamment en centre-ville, loin des hypermarchés excentrés. Ces nouveaux usages s'expliquent sans nul doute par le fait que de plus en plus de personnes âgées vivent seules chez elles, et ne peuvent se déplacer. A l'inverse, les commerces, mais aussi les services de santé partent des territoires tels que le Biollay, Bellevue ou Les Hauts de Chambéry. La question de la mixité se repose sous un jour nouveau.

Ainsi, Cap à Gauche milite pour que ce soit l'Action Publique qui prenne le relais, avec la mise en place de centres municipaux de santé.

Dans toute cette question de la cité, Cap à gauche met un point majeur sur la question de la démocratie participative, car il y a aujourd'hui un divorce entre les citoyens et la construction de la cité. Il faut réinventer cette démocratie, avec des budgets participatifs, des citoyens tirés au sort dans les conseils de quartier, pour enrichir le débat avec cette expertise de la population.

La mixité sociale est une question qui ne doit pas être occultée.

La reconquête des espaces publics est un enjeu majeur pour le vivre-ensemble

Espaces non bâtis

Ces espaces sont "vides", mais attention ! Il est important de conserver des espaces verts pour respirer, et c'est un vrai enjeu. Par exemple, lors de l'ANRU sur le quartier des hauts de Chambéry, les habitants ont refusé qu'il y ait des constructions sur la pelouse du Maconnais, véritable vecteur de lien social, et donc du vivre-ensemble.

Et il faut également préserver les espaces non bâtis et "vides" que sont les espaces agricoles encore existant, patrimoine précieux pour la population, face à la pression immobilière. L'action publique devrait avoir un projet pour ces territoires, comme ç Grigny (69) où la commune a racheté des terrains agricoles pour les mettre à disposition de jeunes agriculteurs. Sans cette action publique, ces "réserves vertes" disparaissent.

Il y aussi comment les habitants s'approprient ces espaces non bâtis, et comment on les anime, en lien avec le tissu associatif, très important sur Chambéry.

L'appropriation de ces espaces par les citoyens renvoient à la démocratie délibérative et la co-construction défendue dans notre programme.

Architecture d'aujourd'hui et patrimoine

Cette quatrième et dernière question a été l'occasion de rappeler que s'il faut faire confiance aux professionnels pour imaginer la ville d'aujourd'hui et de demain, en étant ouvert à tout type de projet, ces derniers doivent également faire confiance à l'intelligence collective des citoyens et citoyennes, qui doivent être mieux associés aux divers projets.

Les candidats de Cap à gauche ont remercié la Maison de l'Architecture pour l'organisation de ce débat, tant il est vrai que l'urbanisme est une question éminnement politque ; il s'agit de réfléchir à comment on bâtit la ville.

Débat à la Maison de l’Architecture Mardi 11 mars
Débat à la Maison de l’Architecture Mardi 11 mars
Débat à la Maison de l’Architecture Mardi 11 mars
Débat à la Maison de l’Architecture Mardi 11 mars

Commenter cet article